Sécurité renforcée, profilage et radicalisation des exclus

Jihadi_JohnIl est normal que l’attentat contre Charlie Hebdo soit devenu une affaire de sécurité nationale. Ainsi les services de police ont été renforcés par la mobilisation de 10 000 militaires.

Il est à craindre cependant que les émotions et la peur exacerbées par le danger que pose l’Etat Islamique ne conduise au profilage systématique des minorités raciales, en particulier des jeunes Maghrébins, dont beaucoup sont les enfants et petits-enfants d’émigrés. Il faut donc s’attendre à ce que ces méthodes souvent vexatoires ne provoquent la radicalisation d’une jeunesse déjà exclue.

Que l’on considère le cas de Mohammed Emwazi. Né au Kuwait, il grandit dans un quartier chic de West London et fit ses études à l’université de Westminster-London. Il est donc improbable que ce Londonien privilégié puisse devenir non seulement un djihadiste mais encore l’égorgeur officiel de l’Etat Islamique. Pourtant…

Selon CAGE, un groupe pour la défense des droits civiques, le revirement politique d’Emwazi a pour origine l’humiliation dont il fut victime quand les autorités tanzaniennes l’ont arrêté alors qu’il participait à un safari. Cette mise aux arrêts fut suivie d’une série d’événements aussi vexatoires que kafkaïens qui le conduisirent à dire: « When are you going to finally learn that when we treat people as if they are outsiders, they will inevitably feel like outsiders, and they will look for belonging elsewhere » »

(Quand allez-vous enfin comprendre que lorsqu’on traite les gens comme des étrangers, ils se sentiront inévitablement étrangers et chercheront à s’intégrer ailleurs ?)

A cela j’ajouterai que de nos jours il n’est plus possible à un « Français de souche » – euphémisme pour « race blanche » – de dire à un descendant d’émigrés né en France, parfaitement francophone et de nationalité française « Si tu n’es pas content, retourne chez toi ! » Cette attitude xénophobe – quand elle visait les Italiens et les Polonais, raciste aujourd’hui –car elle cible les ex-colonisés, est au cœur d’un problème qui affecte le monde occidental. Il nous faut admettre que cette mentalité qui a survécu à l’abolition de l’esclavage et à la fin des empires coloniaux (Voir mon article de blog intitulé « Les leçons de Ferguson ») s’est simplement transportée dans les métropoles ex-colonialistes où elle a trouvé un terrain favorable dans le subconscient collectif de toutes les nations occidentales.

Le défi de notre siècle – et il n’est pas le seul! est d’éradiquer ce virus. Ce n’est qu’au prix de cette transformation radicale des mœurs – par le biais des droits civiques, des législations sociales, de l’éducation, de l’emploi, etc. – que nos sociétés seront pleinement démocratiques. Telle qu’elle est de nos jours et compte tenu de « l’état de siège », les exactions inévitables perpétrées contre nos minorités raciales ne feront qu’accentuer leur aliénation et produire d’autres Mohammed Emwazi.

Image: “Jihadi John” by Source (WP:NFCC#4). Licensed under Fair use via Wikipedia

Merci pour le partage