L’impérialisme occidental et l’effet boomerang: pourquoi le Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire (1950) reste d’actualité.

imagesGuillaume Duval a eu le courage d’écrire et de publier sur FB son “Coup de sang”, un texte d’une grande honnêteté dont je me permets de reproduire ici le dernier paragraphe: “Après avoir assumé pendant un siècle sans ciller un colonialisme particulièrement peu glorieux, celle-ci (la société française) a en effet laissé grandir sans réagir en son sein une force politique xénophobe et raciste capable de rassembler aujourd’hui un quart des votants et d’imposer au reste de la classe politique et de la société française son agenda et son discours en matière de migrations.” 

Il faut en effet que nous ayons le courage de nous regarder dans le miroir de notre conscience, et de reconnaître que nos aînés – et nous-mêmes, avons par notre silence trop longtemps assumé, accepté et couvert les crimes contre l’humanité perpétrés par notre IIIème République impériale au nom de la France et du nôtre. En commentaire au “Coup de sang” j’ai écrit ces mots: On ne peut semer avec impunité la violence hors du territoire national sans en récolter les fruits empoisonnés. 

Quels sont ces fruits empoisonnés? Ce sont d’une part la mauvaise foi et le relativisme moral, le je-m’en-foutisme et le cynisme visibles tous les jours dans le durcissement de nos concitoyens les mieux intentionnés; et d’autre part la réaction d’une virulente extrême droite xénophobe et raciste qui, hantée par l’extinction de notre gallicité noyée dans le foutoir d’une France multiraciale, est décidée à défendre par les armes l’intégrité de la race et du patrimoine national. L’afflux des réfugiés n’a fait que relancer les enjeux. Ainsi à la violence semée outre-mer répond la violence chez soi.

Laissons Aimé Césaire nous expliquer le lent ravage de ce phénomène historico-psychologique qui, tel un poison, s’est peu à peu infiltré dans notre conscience collective pour nous asséner aujourd’hui son coup de boomerang.

« Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au Viet-Nam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de 1’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. Et alors, un beau jour, la bourgeoisie est réveillée par un formidable choc en retour : les gestapos s’affairent, les prisons s’emplissent, les tortionnaires inventent, raffinent, discutent autour des chevalets. On s’étonne, on s’indigne. On dit : « Comme c’est curieux ! Mais, bah ! C’est le nazisme, ça passera ! » Et on attend, et on espère ; et on se tait à soi-même la vérité, que c’est une barbarie, mais la barbarie suprême, celle qui couronne, celle qui résume la quotidienneté des barbaries ; que c’est du nazisme, oui, mais qu’avant d’en être la victime, on en a été le complice ; que ce nazisme-là, on l’a supporté avant de le subir, on l’a absous, on a fermé l’œil là-dessus, on l’a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s’était appliqué qu’à des peuples non européens ; que ce nazisme-là, on l’a cultivé, on en est responsable, et qu’il sourd, qu’il perce, qu’il goutte, avant de l’engloutir dans ses eaux rougies, de toutes les fissures de la civilisation occidentale et chrétienne. Oui, il vaudrait la peine d’étudier, cliniquement, dans le détail, les démarches d’Hitler et de l’hitlérisme et de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du xxe siècle qu’il porte en lui un Hitler qui s’ignore, qu’Hitler l’habite, qu’Hitler est son démon, que s’il le vitupère, c’est par manque de logique, et qu’au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme, ce n’est pas l’humiliation de l’homme en soi, c’est le crime contre l’homme blanc, c’est l’humiliation de l’homme blanc, et d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde et les nègres d’Afrique.

… J’ai beaucoup parlé d’Hitler. C’est qu’il le mérite : il permet de voir gros et de saisir que la société capitaliste, à son stade actuel, est incapable de fonder un droit des gens, comme elle s’avère impuissante à fonder une morale individuelle. Qu’on le veuille ou non : au bout du cul-de-sac Europe, je veux dire l’Europe d’Adenauer, de Schuman, Bidault et quelques autres, il y a Hitler. Au bout du capitalisme, désireux de se survivre, il y a Hitler. Au bout de l’humanisme formel et du renoncement philosophique, il y a Hitler. Et, dès lors, une de ses phrases s’impose à moi : « Nous aspirons, non pas à l’égalité, mais à la domination. Le pays de race étrangère devra redevenir un pays de serfs, de journaliers agricoles ou de travailleurs industriels. Il ne s’agit pas de supprimer les inégalités parmi les hommes, mais de les amplifier et d’en faire une loi. » Cela sonne net, hautain, brutal, et nous installe en pleine sauvagerie hurlante. Mais descendons d’un degré. Qui parle ? J’ai honte à le dire : c’est l’humaniste occidental, le philosophe « idéaliste ». Qu’il s’appelle Renan, c’est un hasard. Que ce soit tiré d’un livre intitulé : La Réforme intellectuelle et morale, qu’il ait été écrit en France, au lendemain d’une guerre que la France avait voulu du droit contre la force, cela en dit long sur les mœurs bourgeoises.

« La régénération des races inférieures ou abâtardies par les races supérieures est dans l’ordre providentiel de l’humanité. L’homme du peuple est presque toujours, chez nous, un noble déclassé, sa lourde main est bien mieux faite pour manier l’épée que l’outil servile. Plutôt que de travailler, il choisit de se battre, c’est-à-dire qu’il revient à son premier état. Regere imperio populos, voilà notre vocation. Versez cette dévorante activité sur des pays qui, comme la Chine, appellent la conquête étrangère. Des aventuriers qui troublent la société européenne, faites un ver sacrum, un essaim comme ceux des Francs, des Lombards, des Normands, chacun sera dans son rôle. La nature a fait une race d’ouvriers, c’est la race chinoise, d’une dextérité de main merveilleuse sans presque aucun sentiment d’honneur ; gouvernez-la avec justice, en prélevant d’elle, pour le bienfait d’un tel gouvernement, un ample douaire au profit de la race conquérante, elle sera satisfaite ; une race de travailleurs de la terre, c’est le nègre ; soyez pour lui bon et humain, et tout sera dans l’ordre ; une race de maîtres et de soldats, c’est la race européenne. Réduisez cette noble race à travailler dans l’ergastule comme des nègres et des Chinois, elle se révolte. Tout révolté est, chez nous, plus ou moins, un soldat qui a manqué sa vocation, un être fait pour la vie héroïque, et que vous appliquez à une besogne contraire à sa race, mauvais ouvrier, trop bon soldat. Or, la vie qui révolte nos travailleurs rendrait heureux un Chinois, un fellah, êtres qui ne sont nullement militaires. Que chacun fasse ce pour quoi il est fait, et tout ira bien. »

Où veux-je en venir ? A cette idée : que nul ne colonise innocemment, que nul non plus ne colonise impunément ; qu’une nation qui colonise, qu’une civilisation qui justifie la colonisation – donc la force – est déjà une civilisation malade, une civilisation moralement atteinte, qui, irrésistiblement, de conséquence en conséquence, de reniement en reniement, appelle son Hitler, je veux dire son châtiment.

(Extrait du Discours sur le colonialism publié en 1950.)

Notes:
– L’analyse d’Aimé Césaire s’applique à tous les pays ex-esclavagistes et ex-colonialistes de l’Occident, et en particulier aux Etats-Unis où la violence a toujours fait partie intégrante de la politique étrangère et intérieure.
– L’exploitation de l’Afrique et de l’Asie s’est faite sous le couvert d’une mission civilisatrice. Depuis l’indépendances nominale des anciennes colonies africaines, le néo-colonialisme a changé d’alibi: il se pose aujourd’hui en défenseur de la démocratie et du monde libre.
– L’affiche de propagande coloniale est extraite du blog Intellection. On peut y lire: “C’est avec 76 900 hommes que la France assure la paix et les bienfaits de la civilisation à ses 60 millions d’indigènes.”
Merci pour le partage