Le Ku Klux Klan chevauche encore cinquante ans après Selma

selma-billboardJefferson Siegel:New our Daily NewsSelma, Etats d’Alabama, le 7 mars 1965

Il y a un demi-siècle, 600 manifestants pour les droits civiques furent matraqués par la police alors qu’ils tentaient de traverser le pont Edmund Pettus. Cette agression commise un dimanche (Bloody Sunday) devint l’épicentre du mouvement pour les droits civiques qui culmina quelques mois plus tard avec le passage de la loi sur le droit de vote (Voting Rights Act of 1965).

Après trois siècles d’esclavage et de ségrégation, les Noirs jouissent enfin du droit de vote. Quoi de plus normal pour un pays qui se dit la plus belle et la plus grande démocratie du monde ? Pourtant beaucoup sont loin de s’en réjouir.

Ainsi, quand le 7 mars dernier le Président Obama venu à Selma commémorer cet événement historique, il y avait de l’autre côté du pont, sur la route qui mène à Montgomery, capitale de l’Alabama, un grand panneau (récemment érigé) sur lequel on pouvait voir l’effigie d’un cavalier de l’armée Confédérée avec l’inscription « Keep the Skeer on ‘Em ! » (Maintenons-les dans la terreur !) Ce cavalier proférant ces menaces n’est autre que le Général Nathan Bedford Forrest (1821-1877), premier « Grand Wizard » du KKK.

Autre détail troublant : le pont Edmund Pettus construit en 1939 est un hommage à Edmund Pettus (1821-1907) Sénateur, Général de l’Armée Confédérée et lui-même Grand Dragon du K.K.K.

 Note :
Le panneau dont il est question a été érigé par les Amis de Nathan Forrest. Patricia Goodman, porte-parole de cette organisation, maintient que l’effigie du général était de nature purement publicitaire : elle invitait les touristes à visiter les sites de la Guerre de Sécession. Il est intéressant de noter qu’elle signe ses courriels « The Wizardess ». Réjouis-toi, Marine, tu n’es pas seule !

Image: Jefferson Siegel, New our Daily News

Merci pour le partage