Dieu, le réchauffement global et l’abrutissement du peuple

2048px-Michelangelo_Buonarroti_018Il fut un temps, il y a très longtemps, où le jugement de dieu était pratiqué. Il le fut en Mésopotamie il y a 5000 ans, et plus près de nous, au Moyen-Age. Cette procédure juridique qui fait appel au surnaturel pour décider de la culpabilité ou de l’innocence d’un individu nous choque aujourd’hui. Ainsi vivaient les hommes ?

De nos jours, grâce au positivisme, nous ne sommes plus aussi primaires, Dieu merci. Nous savons que si l’eau d’un robinet prend feu, c’est à cause de la pratique du « fracking » ; si un glissement de terrain a lieu, c’est à cause de l’érosion et de la déforestation ; et si le niveau de la mer monte, c’est à cause de la fonte des glaciers.

Pourtant il est un pays étonnant – très avancé d’un côté, très attardé de l’autre – où des personnalités – et pas des moindres – croient fermement que le réchauffement global est 1) l’expression de la colère divine contre les libres penseurs, ou 2) un phénomène contre lequel nous ne pouvons rien, car émanant de la volonté divine, ou encore 3) qu’il n’est pas à craindre parce que Dieu ne détruira jamais son œuvre, la terre. Telles sont les opinions de John Shimkus, de l’Etat de l’Illinois, membre du Congrès, et de James Inhofe, de l’Etat d’Oklahoma, membre du Sénat. Et ils ne sont pas seuls dans le parti Républicain.

La question qui se pose est la suivante : sont-ils si simplets que ça ? Ou y jouent-ils parce qu’ils sont payés pour ça ? Il est évident qu’ils sont les imans de la droite à la solde des barons de l’énergie, des démagogues dont la mission est d’abrutir une population déjà dépolitisée pour s’assurer le pouvoir.

 Ces exemples nous prouvent bien que le fanatisme religieux (pour ne parler que de celui-là) et les intégrismes de toutes sortes ne sont pas confinés à certaines régions du Moyen-Orient quand ses échos souvent d’une violence inouïe résonnent un peu partout en Europe et aux Etats-Unis où – paradoxe des paradoxes – le tiers de la population croit que la terre, sa faune et sa flore furent créées il y a 6 millions d’années.

Merci pour le partage