Des vaches grasses et du Culte du Veau d’Or

« Jean-Jacques écrivait « Si j’étais riche j’aurai041A.Moses_Breaks_the_Tables_of_the_Laws une petite maison blanche avec des contrevents verts… » Que dirait-il aujourd’hui si faisant un petit tour de shopping sur l’internet il découvrait la caverne d’Ali Baba : des « homes » de 20 000 000 €, des montres Cartier de 30 000 €, des complets Brooks’ Brothers de 14 000 €, et pour ne pas salir ses souliers Berluti (1 500 €) se promener sur la Croisette dans une Lamborghini de 4 000 000 € ? Et pourquoi s’arrêter à ces pacotilles ? Il y a encore des yatchs, des

jets et des sous-marins privés (avec verrière) pour une partie de plaisir au fond des mers !

          Notre pauvre philosophe n’en croirait pas ses yeux. Vous et moi non plus, à moins que vous n’apparteniez à l’élite étatsunienne (0,01% de la population), que votre fortune se chiffre à plus de 110 millions et qu’avec 16 000 autres nantis vous ayez en main 11% de la richesse nationale.

         Par contre il y a aux Etats-Unis 45 millions de pauvres dont 6 millions qui ne survivent que grâce aux tickets de nourriture…

         Tel est le bilan de la démocratie étatsunienne. Mais ne crions pas si vite haro sur les USA ! Ce bilan se retrouve dans le monde entier et la mondialisation aidant, cette spoliation criminelle s’accélère à l’échelle planétaire. Mais cette fois Moïse ne viendra pas nous sauver du Veau d’Or. C’est à nous de refaire son geste vengeur et briser les Tables du Décalogue capitaliste. Il y va de notre survie, de celle de nos enfants et du devenir de notre planète.

 Note :

– Pour une perspective globale de la question consulter « Le culte du veau d’or et la mondialisation » de Aline de Diéguez.
Merci pour le partage